Comment réussir son référencement Google en 2017 5/5 (1)

Réussir son référencement Google en 2017

 

Malgré les changements subits au fil des années, l’enjeu du référencement naturel est toujours le même, c’est à dire positionner son site dans les premières pages des moteurs de recherche Google.
Il est dit qu’il est facile de positionner intelligemment un site sur internet, mais force est de remarquer que cette tâche devient de plus en plus ardue à la vue de la concurrence qui est de plus en plus rude. D’année en année, le SEO se durcit, si bien que les tâches les plus basiques nécessitent désormais le concours d’un professionnel. Certains spécialistes viennent même à assimiler la quête de la première page de Google à la quête du Saint Graal. Toutefois, difficile ne signifie pas forcément impossible.

 

Optimiser son contenu pour Google 

La première chose à faire est de mieux structurer les contenus pour Google. Pour permettre à Google de mieux interpréter les pages, celles-ci doivent être correctement structurées.

Google a peaufiné ses algorithmes pour qu’ils puissent mieux interpréter les contenus. Ainsi donc, il est vital d’optimiser la sémantique. D’ailleurs, cette sémantique est toujours perfectible. Pour déloger un contenu qui aborde le même sujet de sa position sur Google, le secret est d’apporter plus de profondeur à l’article. C’est un canular dites-vous ? Eh bien non. Les algorithmes de Google sont bel et bien en mesure d’analyser la profondeur sémantique de deux textes similaires. Bien entendu, Google privilégiera l’article qui apporte plus de réflexions dans le fond.

Autre urgence, il est également important de réviser la vitesse de chargement du site afin de mieux se positionner sur le moteur de recherche. D’après des récentes études, un site dont la vitesse de chargement est supérieure à 3 secondes verra son taux de fréquentation baisser à vue d’œil.

Les spécialistes du référencement ne cesseront jamais de vous le répéter : partagez vos contenus sur les réseaux sociaux. Bien que le partage de ces articles n’améliore pas directement le positionnement sur Google, il contribue à favoriser la viralité. Il en résulte donc une amélioration visible du trafic.

 

Booster le SEO en utilisant des outils stratégiques

Que vous soyez l’hôte d’un site e-commerce ou d’un blog « feuille de chou », il est important de bien structurer le site. Les plateformes qui proposent plus d’une trentaine de pages sont en mesure de générer 7 fois plus de prospects. En organisant les pages du site d’une manière logique et ordonnée, vous aurez plus de chance d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés.  Pour analyser la structure de votre site, divers logiciels sont à votre disposition, dont Screaming Frog SEO et LinkExaminer. Ces programmes vous permettront de mieux architecturer votre site en vous fournissant un compte rendu détaillé de vos liens internes/externes, vos liens obsolètes, vos balistes de structure, vos titres de pages.

 

Les mots clés : une stratégie toujours gagnante

Le but est toujours le même, vous devez vous positionner sur les mots-clés générateurs de trafic. Actuellement, les internautes font des recherches plus poussées en termes de mots clés. Ceux dont la recherche Google comprend trois voire 4 mots clés sont disposés à aller au-delà des trois premiers résultats de la première page de Google. En effet, plus la recherche est précise, plus l’internaute poursuit vers les résultats qui s’éloignent de plus en plus des tops positions. N’oubliez pas que vous n’écrivez pas uniquement pour un public ! Désormais, vous écrivez également pour les robots de Google. D’ailleurs, le moteur de recherche propose des outils qui vous permettront de facilement identifier les mots clés qui sont en rapport direct avec votre activité. Outre les traditionnels programmes comme AdWords et Google Trends, vous pouvez utiliser des programmes comme Kgen ou Ubersuggest qui sont faciles à utiliser et tout aussi performants que les outils de Google.

 

Mettre en place une meilleure version mobile du site

*Les mobinautes sont actuellement en phase de devenir plus nombreux que les internautes. Rien qu’en France, on compte 30 millions de mobinautes. La navigation sur mobile est une mine d’or qui ne demande qu’à être exploitée. Les spécialistes du web estiment que les transactions sur mobile devraient connaître un essor encore plus fulgurant que les transactions sur ordinateur de bureau ou portable. Si votre plateforme est accessible depuis toutes les plateformes, logiquement vous allez décupler votre trafic et vos ventes. Pour mieux suivre votre trafic sur mobile, vous pouvez vous servir de Google Search Console.

 

Google annonce des pénalités assez lourdes

Les sites qui, à plusieurs fois, ont fait fi des recommandations émises par Google seront désormais étiquetés comme « récidivistes ». Ils ne pourront demander une révision de leurs cas pendant 30 jours. Désormais, Google ne se prive pas de coller un avertissement très voyant sur les sites rebelles qui posent des problèmes qui risquent d’endommager les ordinateurs, de nombreux internautes en ont déjà fait la désagréable expérience. Les sites les plus susceptibles d’être épinglés par Google sont ceux qui ne respectent pas les règles Google en termes de malware, de logiciels espions, des téléchargements dangereux et aussi le phishing ou vol de données personnelles.

 

Il n’est pas futile de noter que le passage en temps réel de cette dernière mise à jour n’est pas encore tout à fait opérationnel. Aussi, l’effet de l’algorithme ne devrait pas se ressentir en simultanée, il progressera d’une façon aléatoire comme à son habitude.

 

Avant, une analyse lancée via Search Console pouvait faire disparaître l’avertissement de Google. Des personnes malintentionnées n’ont pas hésité à exploiter cette faille. En effet, il suffisait de demander un réexamen pour lever l’avertissement, aussi, ces personnes pouvaient, autant de fois qu’elles le voulaient, contrevenir aux règles de Google et s’en sortir comme si de rien n’était.

Actuellement, les sites récidivistes ne pourront plus jouer avec les règles, puisqu’ils auront droit à une nouvelle pénalité. Ils seront notifiés de leur statut de récidivistes par mail et ne pourront demander un nouvel examen qu’après 30 jours. Si les sites ont été piratés, ils ne seront pas classés parmi les récidivistes, mais ce qui compte avant tout pour Google c’est la sécurité des internautes.

 

Google déploie une nouvelle mise à jour de Penguin

Il y a quelques jours, Google a annoncé le lancement officiel de la version 4.0 de Penguin. À noter que cette mise à jour sera la dernière de la série. Elle sera désormais intégrée au cœur même de l’algorithme central. La route a été longue pour Google, puisqu’il a fallu près de 700 jours et un nombre incalculable de fausses alertes avant que l’algorithme ne soit au point.

Cette dernière mise à jour de Penguin a été très attendue par les webmasters. Si auparavant, Penguin ne se contentait d’impacter le classement des sites pénalisés d’une façon généralisée, désormais, l’algorithme opte pour une approche plus ciblée. Il ne pénalisera pas le site en entier, mais seulement les pages web ou les groupes de pages web.   En termes clairs, le nouvel algorithme luttera beaucoup plus contre le spamdexing, et cela, en intervenant directement sur les pages des sites. Il pourrait également impacter les pages et les autres sections du site.

Si votre site a déjà été pénalisé par Penguin 3.0, il ne vous reste plus qu’à rectifier le tir. Il en résultera un meilleur positionnement sur les dernières SERP, Google vous le garantit. Dans le cas où votre site n’a pas encore été pénalisé, vous n’avez qu’à observer les fluctuations des SERP sur les mots clés. C’est ainsi que l’on sait que Penguin est ou non passé sur votre site.

Grâce à cette nouvelle mise à jour, Google aspire à donner aux webmasters de meilleures armes pour la conception de leurs sites web, le but étant d’optimiser l’expérience utilisateur pour que celui-ci ait encore plus envie d’utiliser le web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *